Free Communication eBook

Le danger d’essayer de plaîre à Dieu

The Danger of Trying to Please God

L’obéissance n’est pas un acte pour plaire à Dieu comme si vous pouviez gagner sa faveur. Votre obéissance vient d’un cœur plein de joie qui a été transformé par l’évangile. Vous obéissez par gratitude pour l’œuvre que Christ a accomplie.

Mable a lutté toute sa vie pour plaire aux gens. Elle a dit qu’elle ne se souvenait pas d’un moment où elle ne pensait pas à ce que les autres pensaient d’elle. La façon dont elle s’habille, la voiture qu’elle conduit, les outils technologiques qu’elle utilise et la maison qu’elle possède sont contrôlées dans une certaine mesure par ce que les autres pensent d’elle.

Un coup d’œil dans sa vie

  • Elle est fanatique de la forme physique en raison de sa conscience aiguë de ce que devrait être un «beau corps».
  • Elle déforme la vérité parce que ses vraies histoires ne sont pas aussi intéressantes.
  • Elle a peur d’apporter son déjeuner au bureau parce que tout le monde mange à l’extérieur. Elle préfère s’endetter.
  • Elle montre une colère passive envers son petit ami parce qu’il la pousse à avoir des relations sexuelles. Elle pense qu’il partirait si elle n’acquiesçait pas. Elle se sent significative avec un petit ami, même au sacrifice de sa conscience et de son caractère.

Son conseiller a rapidement discerné son problème comme étant la peur de l’homme (Proverbes 29 :25). Il lui a dit qu’elle devait être plus soucieuse de plaire à Dieu qu’aux autres. Et à partir de là, le conseiller a élaboré un plan de prière, d’étude biblique et d’activités axées sur le service afin qu’elle puisse pratiquer un style de vie qui plaise à Dieu.

L’erreur commise par le conseiller était de n’avoir pas soigneusement expliqué ce que plaire à Dieu signifiait pour une idolâtre qui cherchait à plaire aux gens. Mable a adopté un style de vie axé sur la performance et plaire aux gens il y a des décennies.

Quand on lui a dit de plaire à Dieu plutôt qu’aux autres, ce n’était pas difficile pour elle de le faire. Faire plaisir aux autres était sa force. Malheureusement, elle ne savait pas ce que voulait dire plaire à Dieu, alors elle a fait ce qu’elle fait le mieux : elle a augmenté son obéissance.

Qui peut plaire à Dieu ?

Et une voix retentit alors du ciel : Tu es mon Fils bien-aimé, tu fais toute ma joie (Marc 1:11).

Tout ce que Jésus a fait a plu à Dieu. Christ est venu faire la volonté du Père, et Il a parfaitement accompli la tâche. Le Père a reçu l’œuvre achevée de Christ, qui vous a ouvert une nouvelle voie pour plaire à Dieu : vous acceptez les œuvres de Jésus plutôt que de vous appuyer sur vous-mêmes (Éphésiens 2:8-9).

Sans la foi, il est impossible de lui plaire (Hébreux 11 :6).

Plaire à Dieu ne consiste pas à faire ce que vous faites, mais à vous reposer sur le seul qui puisse plaire à Dieu. Même dans votre meilleur jour, avec vos meilleures œuvres, vous ne serez pas accepté par Dieu (Esaïe 64:6). Mable est une chrétienne qui essaie de plaire à Dieu en accomplissant des choses pour lui.

Avant de rencontrer son conseiller, elle essayait de faire plaisir aux autres, comme on l’a vu plus haut. Après avoir rencontré son conseiller, elle a commencé à essayer de plaire à Dieu, comme indiqué dans les exemples ci-dessous. Mable n’a pas changé. Elle a seulement changé l’approbation de qui elle voulait obtenir.

  • Elle dit qu’elle se sent plus spirituelle quand elle «va à l’église» comme si la faveur de Dieu venait de ses œuvres pour Dieu.
  • Elle dit que si elle rate son temps de prière, de lecture de la Bible ou d’aller à l’église, elle se sent moins spirituelle. Elle lit 4,25 chapitres chaque jour, même pendant qu’elle se brosse les dents pour pouvoir le cocher sur sa liste.
  • Mable croit que si elle a son heure de prière du matin et que les choses se passent bien pendant la journée, c’est parce qu’elle a gagné la faveur de Dieu par son obéissance à l’heure de la prière.
  • Dans son schéma « travailler pour plaire à Dieu », l’inverse est également vrai : Si elle n’a pas son moment de prière et si les choses ne se passent pas bien pour elle, elle se dit que son manque de prière (travail) est la cause de sa mauvaise journée. Parfois, ses amis affirment sa théologie rétributive du légalisme lorsqu’ils observent son mauvais jour et disent: “Tu ne dois pas avoir prié aujourd’hui.”

Comme vous pouvez le voir, lorsque son conseiller biblique lui a donné une liste de choses à faire pour plaire à Dieu, Mable était initialement enthousiasmée par sa nouvelle liste. Les gens qui cherchent à plaire aux autres, qui s’appuient sur eux-mêmes ou sur leur performance aiment les listes.

Après un certain temps, elle ne pouvait plus jongler avec sa nouvelle liste de disciplines spirituelles et le reste de sa vie. Finalement, le découragement s’est installé. Puis la dépression. Les exigences auto-imposées étaient trop fortes. De son point de vue, Dieu n’était pas content d’elle, et sa piètre performance en était la preuve.

La théologie fonctionnelle de Mable était un effort pour manipuler Dieu par ce qu’elle faisait plutôt que par ce que Jésus avait fait. Sa compréhension de l’œuvre de Christ était limitée. Elle croyait que l’évangile était pour son salut mais son obéissance était pour sa sanctification.

Et l’obéissance ?

L’obéissance est, bien sûr, importante pour le chrétien. L’idée clé est de vous assurer que votre obéissance n’est pas un effort pour plaire à Dieu, mais une réponse à votre foi en Dieu. Cette idée est le contexte des paroles de Paul aux Corinthiens : « Notre ambition est de plaire au Seigneur. (Voir 2 Corinthiens 5:9)

Paul espérait que les Corinthiens comprendraient que plaire à Dieu était une marche par la foi plutôt qu’une marche par la vue (2 Corinthiens 5:7). Le contexte du passage était l’appel de Paul pour qu’ils fassent confiance au Christ plutôt qu’aux choses qu’ils pouvaient voir. (Voir 2 Corinthiens 4:16-18)

Si les Corinthiens faisaient confiance (la foi) à Christ comme Paul l’a décrit, ils plairaient à Dieu. L’obéissance est la réponse biblique d’une personne qui fait confiance au Christ. Ça fait plaisir à Dieu quand vous lui faites confiance, et parce que vous lui faites confiance, vous lui obéissez. La logique se déroulerait ainsi :

  • Vous faites confiance à Dieu.
  • Dieu est heureux que vous lui fassiez confiance.
  • En réponse au plaisir de Dieu, vous lui obéissez.

Mable doit recommencer. Elle doit comprendre que plaire à Dieu signifie faire confiance aux œuvres achevées de Christ. Dieu a une bonne opinion de Mable si elle fait confiance à son Fils pour le salut et la sanctification. Elle doit inculquer cette vérité dans son cerveau.

Parce qu’elle est chrétienne, elle est « en Christ », et elle ne peut pas être plus en Christ. Être plus obéissante ne la rend pas plus en Christ. Le plaisir de Dieu en vous ne fluctue pas.

Elle doit garder son cœur contre la tromperie subtile selon laquelle ce qu’elle fait par obéissance peut mériter une meilleure position devant Dieu. Cette tentation est son plus grande difficulté parce qu’elle est une personne peu sûre d’elle, qui cherche à plaire aux gens, co-dépendante et axée sur la performance.

Avertissement : Si vous ne vous reposez pas pratiquement dans l’identité que Christ vous a donnée par ses œuvres achevées, vous pouvez subtilement glisser dans un style de vie d’obéissance pensant que ce que vous faites plaît à Dieu comme s’il existait un système de mérite basé sur vos œuvres.

Obéissance motivée par l’Évangile

L’obéissance est ce que fait une personne qui fait confiance à Christ. L’obéissance n’est pas quelque chose sur laquelle vous travaillez comme si vous aviez besoin d’une liste. L’obéissance découle des réalités ontologiques du cœur. C’est la vie cohérente et attendue d’une personne qui est née de nouveau (Jacques 2:17).

Jacques a enseigné que si vous êtes chrétien, le fruit de l’obéissance va s’accroître dans votre vie. La foi sans les œuvres est morte. L’obéissance est une supposition. C’est une réponse attendue pour chaque croyant. Ce sont des “si, alors”.

Certains diront que c’est du mysticisme ou de l’obéissance passive. Si tel est l’argument, vous avez manqué le point. Ce serait comme si vous disiez parce que je suis un humain, je grandis passivement. Vous ne grandirez pas par l’inactivité. Vous devez faire des choix pratiques et intentionnels pour manger si vous voulez vous améliorer, mais ces choses ne vous rendent pas humain. La raison pour laquelle vous faites ces choix est que vous êtes un humain.

L’obéissance motivée par l’Évangile

Je préfère le terme d’œuvres motivées par l’Évangile pour définir l’obéissance. Je voudrais guider Mable sur sa motivation à obéir plutôt que d’essayer simplement de lui donner une liste de choses auxquelles elle doit obéir.

Son conseiller ne l’a pas fait. Il a essayé de faire changer à Mable l’objet de son obéissance : des gens à Dieu. Mable n’avait pas besoin de changer l’objet de son obéissance. Elle avait besoin de changer ses motivations d’obéissance.

  1. Son motif initial était de plaire aux gens avec sa performance.
  2. Elle a changé sa motivation pour essayer de plaire à Dieu par sa performance.

Jésus a dit que si vous l’aimez, vous garderez ses commandements (Jean 14 :15). Bien sûr, vous le feriez. C’est l’hypothèse. C’est ce que Jacques disait (Jacques 2:17). La phrase clé est si vous l’aimez. La raison pour laquelle vous aimez Christ est qu’il vous a aimé le premier (1 Jean 4:19). Elle se décomposerait ainsi :

  1. Christ vous aime.
  2. Par conséquent, vous l’aimez.
  3. De cet amour vous obéissez.

Cela a soulagé et encouragé Mable de savoir qu’elle n’avait pas à plaire à Dieu pour gagner sa bonne opinion. Elle a compris à quel point sa position devant Dieu était aussi sûre aujourd’hui que lorsqu’elle est venue à Dieu pour la première fois. La compréhension biblique de Mable a commencé à changer. Elle avait besoin de plus de temps pour changer sa « compréhension fonctionnelle », ou la façon dont elle la vivait au quotidien.

Elle était occupée à plaire aux gens, ce qui l’empêchait de voir ou comprendre l’obéissance motivée par l’Évangile. Ce fut un exemple de changement complet en raison de la façon dont son légalisme l’avait façonnée vers un style de vie plaire à Dieu.

Appel à l’action

Revenons à mon analogie humaine. Si vous êtes un humain, il y a plusieurs hypothèses sur le fait d’être humain. Par exemple, les gens mangent, dorment, marchent, parlent, apprennent et grandissent. Si un humain ne faisait pas ces choses, il s’effondrerait d’une manière ou d’une autre. Être chrétien, c’est pareil.

Vous trouverez ci-dessous cinq « hypothèses chrétiennes » que tous les chrétiens font. Ces choses ne font pas de vous ou ne vous font pas rester chrétien, mais sont des sous-produits du fait d’être chrétien. Je vais faire cinq déclarations « si vous êtes chrétien, vous (remplissez le blanc) » et je les expliquerai ci-dessous.

  • Si vous êtes chrétien, vous ferez preuve de miséricorde envers les autres.
  • Si vous êtes chrétien, vous serez prompt à pardonner aux autres.
  • Si vous êtes chrétien, vous aimerez les autres.
  • Si vous êtes chrétien, vous ne mépriserez pas les autres.
  • Si vous êtes chrétien, vous glorifierez Dieu dans vos souffrances.

La miséricorde motivée par l’Évangile

Alors son maître l’appela et lui dit : Toi méchant serviteur ! Je t’ai pardonné toute cette dette parce que tu m’as supplié. Et n’aurais-tu pas dû avoir pitié de ton compagnon de service, comme j’ai eu pitié de toi ? (Matthieu 18 :32-33).

Le maître suppose que cette personne aurait dû se souvenir de ce qui lui est arrivé dans la salle d’audience. S’il avait reconnu et respecté l’évangile, il serait sorti et aurait modelé (l’obéissance) la miséricorde de l’évangile à un homme qui lui devait bien moins que ce qu’il devait. Le maître lui posait une question que vous pouvez paraphraser ainsi :

Parce que j’ai eu pitié de vous par l’évangile, vous auriez dû faire de même pour votre ami. Vous auriez dû être obéissant. C’est ce que j’attends de mes enfants.

Appel à l’action :

Êtes-vous dur envers les gens comme si ce que vous avez fait à Christ était de moindre importance par rapport à ce que les autres vous ont fait ?
Le pardon motivé par l’Évangile

Amertume, irritation, colère, éclats de voix, insultes : faites disparaître tout cela du milieu de vous, ainsi que toute forme de méchanceté. Soyez bons et compréhensifs les uns envers les autres. Pardonnez-vous réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ (Ephésiens 4:31-32).

Paul a enseigné comment vous liez votre motif d’obéissance à l’Évangile. Vous ne devriez pas être amer ou en colère ou calomnier à cause du modèle que vous voyez à travers le Christ, qui vous a pardonné. Une personne qui respecte l’Évangile pardonnera, ce qui est un acte d’obéissance approprié.

Appel à l’action :

Comment le pardon de Dieu à votre égard a-t-il un impact sur la façon dont vous utilisez votre langue envers les autres ?
Amour motivé par l’Evangile

Maris, aimez vos femmes, comme le Christ a aimé l’église et s’est livré pour elle (Ephésiens 5:25).

Un mari qui comprend l’Évangile aimera sa femme de manière sacrificielle. Il l’enseignera, l’aimera et la dirigera. Son sacrifice (obéissance à Dieu) pour elle sera sans fin, et son affection pour elle sera continu.

Appel à l’action :

  • Comparez votre amour pour votre femme à l’amour que Christ a pour vous.
  • Comment avez-vous besoin de changer ?

Humilité motivée par l’Évangile

Le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. Mais j’ai reçu miséricorde (1 Timothée 1:15-16).

Paul se considérait comme le chef des pécheurs. Il était n°1 dans son livre. L’individu qui a beaucoup pardonné est reconnaissant de beaucoup. Les chrétiens les plus reconnaissants sont ceux qui n’oublient jamais que Dieu n’a pas obtenu une bonne transaction pour les avoir. L’humilité est un acte d’obéissance, né d’une juste compréhension de l’Évangile.

Appel à l’action :

  • Qui méprises-tu ?
  • Quel genre de personne ou gens ne pèsent pas lourd sur ta balance ?

La souffrance motivée par l’Évangile

Car c’est à cela que vous avez été appelés, parce que le Christ a aussi souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses pas (1 Pierre 2:21).

C’est le privilège et l’opportunité du chrétien de partager (l’obéissance) aux souffrances du Christ. Plus vous comprenez l’aspect souffrance de l’Évangile, plus vous serez motivé à glorifier Dieu pendant que vous souffrez.

Appel à l’action :

  • Comment votre souffrance vous motive-t-elle à obéir à Christ ?
  • Si vous souhaitez en savoir plus sur nous, vous pouvez consulter notre index thématique pour trouver tous nos articles. Ils sont gratuits. Veuillez choisir et étudier ceux qui vous intéressent.
  • Si vous voulez nous parler, nous avons des forums gratuits pour tous et des forums privés pour ceux qui soutiennent financièrement ce ministère. Si vous souhaitez nous aider à garder nos ressources gratuites, pensez à nous soutenir ici.
  • Si vous souhaitez en savoir plus sur cet article, veuillez explorer les documents que j’ai mis en lien sur cette page.

Rick Thomas

Rick a lancé ce réseau de formation en 2008 pour fournir des ressources qui changent la vie et qui permettent aux chrétiens d’aider les autres. Ses principales responsabilités sont la création de ressources et le développement du leadership, ce qu’il fait en faisant des conférences, en écrivant, en faisant des podcasts et en éduquant. En 1990, il a obtenu une licence en théologie et, en 1991, une licence en éducation. En 1993, il a été ordonné au ministère chrétien et, en 2000, il a obtenu une maîtrise en counseling de Master’s University de Santa Clarita, en Californie. En 2006, il a été reconnu comme membre de l’Association of Certified Biblical Counselors (ACBC)

Print Friendly, PDF & Email
Filed Under:
Tagged: