Free Communication eBook

Comment prendre une décision sur n’importe quoi

How to Make a Decision About Anything

Pour Prendre une décision sur quoi que ce soit, il faut avoir “la conviction (foi)” en ce qui concerne cette décision-là. C’est pourquoi la question la plus importante que vous vous poserez lorsque vous voulez prendre une décision est : “est-ce que j’ai la conviction pour (insérer ce que vous pensez faire) ?

Vous voudrez peut-être lire:

J’ai dit dit à mon ami que pour prendre une décision sur quoi que ce soit, il est essentiel que vous ayez “la conviction” concernant cette décision, c’est pourquoi la question la plus importante que vous devez vous poser si vous voulez prendre une décision est « Ai-je la conviction pour faire ce que je veux faire ? » Mon ami m’a répondu en me demandant ce que je voulais dire par “devez avoir la conviction” avant de prendre une décision.

“Mais celui qui a des doutes au sujet de ce qu’il mange est condamné, parce qu’il n’agit pas par conviction. Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché” (Romains 14:23).

Le terme “conviction” vient du langage de Paul dans Romains 14 :23. Il disait que toutes nos décisions doivent émaner d’un cœur convaincu. Peut-être quelque synonymes nous aideront à mieux comprendre le mot conviction : confiance, croyance, espérance/espoir, ou confiance. Voici quelques exemples de questions à vous poser lorsque vous voulez prendre une décision de façon biblique. Vous remarquerez qu’il existe cinq façons de demander la même chose.

  • Êtes-vous convaincu que vous devez vous marier ?
  • Faites-vous confiance au Seigneur pour vous marier ?
  • Croyez-vous que ce soit une bonne chose d’épouser cette personne ?
  • Votre espérance est-elle dans le Seigneur lorsque vous vous engagez dans le mariage ?
  • Votre confiance repose-t-elle sur le Seigneur ? Ce qui vous libère à épouser cette personne ?

Toutes ces questions sont similaires en ce qu’elles ont un même point central: avez-vous la conviction de vous marier? J’ai choisi d’utiliser le terme conviction parce que c’est ainsi que Paul a appelé les Romains à réfléchir à leur prise de décision. Mon ami réfléchissait à comment se marier, c’est pourquoi je lui ai demandé s’il avait la “conviction” d’aller de l’avant et épouser sa petite amie. Je voulais savoir s’il était convaincu que Dieu voulait qu’il fasse cela.\

Nous avons passé environ une heure à découvrir comment grandir dans la foi en tenant compte de certains pièges à la prise de décision biblique. Bien que je ne puisse pas recréer cette discussion dans sa totalité ici, je veux présenter certains des points les plus critiques dont nous avons discuté, qui sont essentiels pour tout couple qui pense au mariage.

Biblical Decision Making

Étude de cas : Prendre une décision

Biff et Mable pensent au mariage. J’ai demandé à Biff s’il avait la conviction quant à cette nouvelle aventure avec une nouvelle épouse. La vie d’un chrétien naît et se poursuit par la foi (Romains 1 :17 ; Hebrews 11 :6).

  • Notre décision de faire confiance à Dieu est par la foi.
  • Notre décision de nous marier est par la foi.
  • Notre décision de manger (dans ce restaurant) est par la foi.
  • Notre décision de ne pas pécher est par la foi : Vous croyez que c’est mal de (insérer le péché ici).

Dans le contexte de cette discussion sur la prise de décision, “par la foi” signifie que ce que vous faites est la bonne chose à faire. Cela veut dire que vous êtes confiant que le Seigneur veut que vous fassiez ce que vous vous apprêtez à faire. Ce type de prise de décision s’applique aux choses les plus simples de la vie ainsi qu’aux décisions plus complexes que vous devez prendre pour bien vivre dans le monde de Dieu.

La décision de Biff et Mable fait partie des choix les plus complexes de la vie. Participer activement à l’aventure du mariage est l’une des trois principales choses que nous faisons. La famille, le travail et l’église sont les trois endroits où la plupart des chrétiens passent la majeure partie de leur vie. Vous ne vous casserez pas la tête autant pour savoir si vous devez manger chez McDonald, Burger King ou manger à la maison, mais vous passerez beaucoup plus de temps pour être sûr que votre futur conjoint est celui que vous croyez que Dieu veut que vous épousiez.

Décision à quatre pieds

La foi est comme un tabouret sur lequel vous vous asseyez. Ce tabouret a quatre pieds : le canon, la communauté, la conscience et le consolateur. Si vous vous positionnez de sorte que ces quatre moyens de grâce vous donnent de bons conseils, vous aurez probablement la certitude d’avancer avec ce que vous voulez faire.

  • Le Canon – Que dit la Bible au sujet du mariage ? (2 Timothy 3:16–17)
  • La Communauté – Que disent quelques-uns de vos amis de confiance, courageux et sages au sujet de votre mariage avec cette personne ? (Proverbs 11:14)
  • La Conscience – Que pensez-vous du mariage avec cette personne ? (Romans 2:14–15)
  • Le Consolateur – Que dit l’Esprit de Dieu sur votre mariage ? (John 16:13)

La plupart des mauvaises décisions se produisent parce que la personne qui a pris la décision ne prenait pas en compte ces quatre puissants moyens de grâce que le Seigneur nous donne. Soit elle n’était pas au courant de ce processus, soit (et ça c’est pas bon), elle ne voulait pas entendre ce que Dieu et les autres avaient à dire. L’une des marques de l’humilité est le fait qu’une personne ne s’accroche pas à ses idées, lorsqu’il les confronte à la Parole de Dieu ou les soumet à sa communauté pour une analyse plus approfondie.

Cette manière de voir me rappelle quand je me suis mis en colère contre ma fille. Après mon attaque contre elle, et après qu’elle se soit retirée dans sa chambre, j’ai demandé à Lucia (mon épouse) si elle pensait que j’avais été trop dur avec elle. Je ne demandais pas cela parce que j’étais humble, je le faisais espérant que Lucia se rallierait à mes motivations perverses en disant que je n’étais pas méchant avec notre fille. La vérité était que je ne voulais pas connaître la vérité. J’espérais obtenir une justification de mon péché. Heureusement, Lucia ne s’est pas alliée à mes mauvais motifs, mais elle m’a réprimandé avec amour mais avec fermeté en disant que j’avais tort dans la façon dont j’avais traité notre enfant.

Je suppose qu’il y a des moments où nous savons ce que nous devons faire, mais nous ne voulons pas le faire (Jacques 4:17). Nous pouvons avoir tellement d’illusions que nous ne voulons pas soumettre nos idées à d’autres parce qu’ils peuvent ne pas se rallier à nous. Nous pouvons nous faire encore plus d’illusions lorsque nous présentons nos idées à des personnes que nous savons n’auront pas le courage ou la sagesse de contrer ce que nous voulons. Nous choisissons certaines personnes qui n’ont pas le potentiel ou le courage de proposer une opinion alternative.

Une telle personne ne recherche pas les pensées de Dieu sur la question. Elle cherche un moyen de justifier ce qu’elle a déjà décidé de faire, et elle va plus loin en trouvant des gens qui sont d’accord avec elle.

S’éloigner de la vérité

Cette tromperie a des résultats immédiats et à long terme. Le résultat immédiat est que vous pouvez obtenir ce que vous voulez. Les effets à long terme sont de deux ordres : (1) Le résultat ne sera pas ce que vous espériez et votre réticence à coopérer avec Dieu compliquera votre vie lorsque la déception inévitable arrivera. (Jacques 4 :6 Dieu résiste aux orgueilleux.) (2) Si vous continuez à tromper les gens pour atteindre vos objectifs égoïstes, vous finirez par endurcir votre conscience, ce qui rendra plus difficile à l’avenir pour vous de percevoir la vérité de Dieu et la direction qu’il veut donner à votre vie. (Hebrews 3:7–8).

Ceux qui veulent manipuler les gens et les situations considèrent rarement ce deuxième point parce qu’ils veulent réaliser leurs désirs. Ils ne comprennent pas que lorsque vous modifiez la vérité de Dieu, il y a un effet négatif proportionnel sur la conscience (Romans 1:18).

La conscience est notre “thermostat moral” que Dieu nous a donné pour nous alerter du bien et du mal. Même le non-chrétien a ce don du Seigneur (Romains 2:14-15. Des problèmes surviennent lorsque nous modifions nos thermostats moraux par le biais de justifications, de rationalisations ou de transfert de tort (les trois principales façons dont nous modifions la vérité de Dieu). En faisant cela, ça crée un effet d’endurcissement sur la conscience (1 Timothy 4:2).

  • Justification – Déclarer mes actions non coupables, en dépit de ce que la Bible dit à leur sujet.
  • Rationalisation – Comparer ce que j’ai fait aux autres en minimisant le tort, tout en créant une tolérance pour faire ce que je veux faire.
  • Blâmer – Plutôt que de percevoir et de reconnaître mon erreur, je blâme les autres pour ce qui a mal tourné : je refuse d’assumer mon péché.

Si votre conscience, comme un thermostat est ajustée, elle ne vous donnera pas une lecture précise. La température peut être 100 degrés chez vous, mais le thermostat dira que tout va bien. Une conscience manipulée est pire qu’un thermostat inutilisable, c’est dangereux. Plus vous étourdissez votre conscience plus vous mettrez de la distance entre (1) vous-même, (2) la Parole de Dieu, (3) Sa communauté, et (4) la puissance de l’éclairage du Saint Esprit. Vous serez de plus en plus éloigné de la vérité et sans voix intérieure pour vous persuader du contraire.

  • Canon – Allez-vous humblement consulter la Parole de Dieu pour trouver les réponses à vos questions sur le mariage ?
  • Communauté – Partagerez-vous humblement vos désirs de mariage avec des amis de confiance, sages et courageux qui ne vous diront pas automatiquement ce que vous voulez entendre ?
  • Conscience – Écouterez-vous non seulement ce que vous dit votre conscience mais aussi y répondre – en supposant qu’elle est conforme à la Parole de Dieu
  • Consolateur – Direz-vous honnêtement que vous n’avez pas échangé la vérité de Dieu contre un mensonge parce que vous avez soumis vos désirs de mariage à un examen minutieux par le biais du canon de la Parole de Dieu, de la communauté des enfants de Dieu, de votre conscience et du Saint Esprit ?

C’est pourquoi Dieu les a livres à l’impureté, selon les convoitises de leurs cœurs ; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen!” (Romains 1:24-25)

Attendez-vous à une déception

L’une des choses les plus instructives que j’ai vues concernant la prise de décision est qu’après avoir pris une décision et procédé avec foi, nous oublions de prendre en compte la déception future. C’est comme si nous ne nous rappelions pas à quel point nos vies sont des appels à souffrir (1 Pierre 2:21). Vous vous souvenez peut-être que par une nuit sombre et orageuse, le Seigneur a demandé à Pierre de descendre d’une barque et de marcher sur l’eau. Pierre a fait ce qui lui avait demandé de faire (Matthieu 14:28-36). Il est descendu du bateau et s’est avancé avec foi, croyant probablement que cela allait bien se passer pour lui.

Après avoir fait quelques pas sur l’eau, Pierre a s’est aperçu qu’il y avait des vagues et le vent. Il a rapidement oublié qui l’avait appelé et sa foi est passé du Seigneur aux vagues. Ce qu’il pouvait voir et expérimenter avait plus d’influence sur lui que le Seigneur (2 Corinthiens 5:7). Ne sommes-nous pas comme cela ? Nous prions, nous demandons conseil, nous avançons avec foi, puis tout se déchaine sur nous et nous perdons confiance dans le processus. C’est ce que le Seigneur a réprimandé en Pierre après leur retour sur la barque: “homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » (Matthieu 14:31).

Permettez-moi d’énoncer une évidence ici: quelle que soit votre décision, lorsque vous avancez, vous serez déçu d’une manière ou d’une autre, petite ou grande. L’une des applications les plus récurrentes de l’Évangile est la façon dont le Seigneur utilise le processus de mourir à nous-mêmes pour accomplir ses desseins dans nos vies et nos relations (Matthieu 16 :24-26 ; 2 Corinthiens 1 :8-9). Parfois nous pouvons réfléchir comme des enfants gâtés des pays développés que comme des chrétiens. Nous embrassons la vision du monde selon laquelle il faut toujours être heureux, ce qui est vrai dans la mesure où nous serons heureux pour toujours dans l’éternité (Apocalypse 21:4), mais cela n’est pas une réalité présente pour nous.

Si vous vous laissez convaincre que votre décision d’épouser une personne concerne plus votre bonheur que la gloire de Dieu vous avancez à coup sûr vers une déception. De plus, vous vivrez dans le doute, le regret, l’amertume et la colère en pensant à vos décisions passées. L’auto-préservation ne doit pas être la seule force qui motive votre prise de décision. Bien que vous ne devriez pas être stupide en sautant les yeux fermés d’une falaise, vous ne devez pas non plus vous tromper en essayant d’isoler toutes vos décisions de souffrances potentielles.

Liberté délibérée

Parfois, Dieu nous donne le choix entre plusieurs options, dont aucune n’est nécessairement fausse. Ce n’est peut-être pas mauvais de manger à McDonald ou Burger King ou à la maison. La prise de décision ne doit pas être comme un tireur à l’arc se tenant à 100 mètres d’une cible avec une flèche essayant d’atteindre le centre de la cible. Si vous suivez les étapes décrites dans ce chapitre, vous pouvez vous retrouver à la fin du processus avec plusieurs option possible de choix de votre futur conjoint.

Peut-être vous voulez partir en vacances, et vous avez deux options : la montagne ou la plage. Il y a peut-être deux options possibles de conjoint pour le mariage. Tous les deux correspondent à votre métaphore de tabouret à quatre pieds :

  • Canon – La Bible n’interdit ni l’un ni l’autre.
  • Communauté – Vos amis interviennent et ne voient aucun problème avec l’un ou l’autre.
  • Conscience – Vous avez une conscience tranquille en la matière.
  • Consolateur – Il semble que vous n’éteignez ni ne méprisez le Saint-Esprit avec l’un ou l’autre choix (Ephesians 4:10; 1 Thessalonians 5:19).

Dans une telle situation, vous êtes libre de choisir l’un ou l’autre. Dans le cas de vacances, vous pouvez vouloir faire les deux, ce qui ne peut pas se faire dans le choix d’un conjoint. Ne vous tracassez pas trop, sentez-vous libre. Là où il n’y a pas de péché, faites votre choix en vous réjouissant de la bonté de Dieu qui vous a donné plus d’une option. Juste avant que je rencontre Lucia, je sortais avec une autre fille. Tout d’un coup, j’ai eu deux filles dans ma vie. Après être passé par ce processus, il m’a montré qu’il n’y avait pas de mal à continuer à voir l’une ou l’autre, j’ai fait un choix fabuleux.

Appel à l’action

  1. Êtes-vous sûr(e) que le Seigneur veut que vous épousiez cette personne ?
  2. Êtes-vous vague lorsque vous soumettez vos désirs de mariage à d’autres ?
  3. Voulez-vous connaître la vérité et cherchez-vous humblement des réponses, en particulier auprès de personnes compétentes qui ne sont pas toujours d’accord avec vous ?
  4. Votre motif de mariage est-ce plus pour la gloire de Dieu ou pour vos désirs égoïstes ? comment le savez-vous ?
  5. Dans quelle mesure l’autoprotection ou l’auto-préservation influence-t-elle votre prise de décision ? dans quelle mesure une pensée stupide influence-t-elle votre décision de vous marier ?

Au conseiller prénuptial

Il y a une question qui transcende toutes les autres questions du conseil prénuptial. La voici : “Êtes-vous sûr(e), confiant(e) ou en confiance (dans la foi) que vous devez épouser cette personne ? » La raison pour laquelle cette question est la plus importante que vous puissiez poser est qu’à l’avenir, dans le mariage, ils connaîtront des difficultés.

  • Ils peuvent perdre leur maison.
  • Ils peuvent perdre leur emploi.
  • Ils peuvent faire faillite.
  • Ils peuvent développer un handicap à vie.
  • Ils peuvent découvrir que l’autre conjoint cache un péché.
  • Ils peuvent faire une fausse couche.
  • Ils apprendront des choses blessantes sur leur conjoint qu’ils ne connaissaient pas lors de leurs fréquentations.
  • Ils vieilliront.
  • Ils vont changer.
  • Ils ne seront pas les mêmes personnes qu’ils étaient pendant les rencontres qui ont précédées le mariage.

Il peut y avoir un moment où la plupart des raisons pour lesquelles ils se sont mariés et ce qu’ils aimaient du mariage disparaissent. Si tel est le cas, il doit rester une chose : ils croyaient que Dieu voulait qu’ils se marient.

Il est essential que tous les conseils prénuptiaux passent par ce concept de prise de décision biblique tout en explorant les raisons, les motifs et les intentions du couple pour le mariage. Ils vous diront probablement qu’ils sont convaincus de passer au mariage. Ne vous laissez pas décourager : vous devez explorer leurs motifs et leurs raisons. Le couple doit savoir qu’être marié est la bonne chose à faire ou, comme l’a dit Paul, ils doivent avancer par la foi.

Rick Thomas

Rick a lancé ce réseau de formation en 2008 pour fournir des ressources qui changent la vie et qui permettent aux chrétiens d’aider les autres. Ses principales responsabilités sont la création de ressources et le développement du leadership, ce qu’il fait en faisant des conférences, en écrivant, en faisant des podcasts et en éduquant. En 1990, il a obtenu une licence en théologie et, en 1991, une licence en éducation. En 1993, il a été ordonné au ministère chrétien et, en 2000, il a obtenu une maîtrise en counseling de Master’s University de Santa Clarita, en Californie. En 2006, il a été reconnu comme membre de l’Association of Certified Biblical Counselors (ACBC)

Print Friendly, PDF & Email
Filed Under:
Tagged: